• Parution le 7 février 2018
  • 240 pages
  • 20€

Peur

Par Dirk Kurbjuweit
Traduit de l'allemand par Denis Michelis
  • Parution le 7 février 2018
  • 240 pages
  • 20€

« J’avais toujours cru mon père capable de commettre un massacre. Dès qu’il était question d’une tuerie aux informations, je retenais mon souffle jusqu’à ce que le nom du coupable tombe. Pure paranoïa, j’en conviens, mais nos peurs d’enfant ont la peau dure. »

 Randolf Tiefenthaler affirme avoir eu une enfance normale, même si son père collectionnait à leur domicile un véritable arsenal. Marié et père de deux enfants, Randolf, aujourd’hui architecte, s’enorgueillit d’avoir acheté pour sa famille un nouvel appartement situé dans un quartier cossu de Berlin. Mais son confort bourgeois et ses convictions progressistes sont torpillés le jour où il rencontre l’homme qui vit sous leurs pieds. Dieter Tiberius se révèle vite un voisin menaçant, un harceleur au comportement de plus en plus erratique et inquiétant. Randolf Tiefenthaler devra répondre à une question que l’on n’aimerait jamais avoir à se poser : jusqu’où est-on capable d’aller pour protéger sa famille ?

C’est un roman sur le lien entre l’individu et la société, le rôle de la loi et ses limites. Un homme civilisé confronté à la barbarie.

Dirk Kurbjuweit

Ils ont aimé

  • Au fil du récit, on assiste révoltés parce qu'impuissants à trouver une solution, à la diffusion progressive et paralysante du venin de la peur dans le cerveau de Randolf Tiefenthaler. Peur fait partie de ces livres - et il n'y en a pas beaucoup - qui restent longtemps en tête.

    Hannelore Cayre dans Le Point
  • Peur bouscule nos codes moraux. Il fait de nous les complices d’un meurtre. Une grande réussite.

    Herman Koch, auteur du Dîner
  • Peur est épatant. Le père obsédé des armes est déjà peu commun, mais plus on en apprend sur son fils, un architecte berlinois, plus le roman emprunte des voies surprenantes et troublantes.

    James Patterson
  • Ce que Dirk Kurbjuweit nous donne à voir c’est la folie d’un homme et les conséquences qu’elle peut avoir sur ceux qui en sont la cible. Ce sont aussi les manquements de la police et de la justice, et la tentation de se faire justice soi-même en passant de l’autre côté de la barrière. Mais c'est aussi un roman sur le couple et la famille, les liens qui unissent chacun de ses membres et le fragile équilibre qu’un événement terrible peut venir irrémédiablement bouleverser. Une excellente surprise donc que ce roman au dénouement inattendu.

    Audrey Dubreuil Page des Libraires - Librairie Privat, Toulouse
  • Connaissez-vous votre voisin ?! Un roman à suspens fascinant à lire ABSOLUMENT !

    Librairie Mollat, Bordeaux
  • De la surprenant première phrase jusqu'à la conclusion totalement inattendue, Peur est un thriller à la tension permanente. Une performance.

    Audrey Collin Librairie Tome 7, Paris
  • Subtilement orchestré... Vous ne regarderez plus vos voisins de la même façon... A chacun ses armes pour faire face.

    Pascal Laurent Librairie Filigranes Corner, Bruxelles
  • On n’est pas du tout dans une confession classique qu’on peut trouver dans un roman noir parce que Randolph va s’attarder sur son enfance. Il va parler de ce père qui leur a toujours fait peur parce qu’il a toujours été fasciné par les armes. Jusqu’au point même d’en détenir. D’emmener ses enfants à des entraînements, sur des stands de tir. Il va peu à peu s’éloigner du sujet criminel pour parler aussi de son mariage qui prend l’eau. Car ce qui a valu à ce voisin d’être froidement abattu par le père du héros, c’est qu’il s’amusait à observer le couple à travers leurs fenêtres de leur maison. Pour lui, ils étaient coupables d’abus sexuels sur leurs enfants. Ça va très très loin.

    Anne-Sophie Rouveloux, librairie Chroniques, Cachan sur France Culture "La compagnie des auteurs"
  • C'est une nouvelle maison d'édition qui propose des choses un peu différentes, comme cet ouvrage qui nous présente un crime comme point de départ mais qui est tout sauf un roman policier. (…) La tension monte petit à petit. Et ce qui est génial, c'est que la vérité de tout ça tient dans un seul chapitre, en quelques pages. (…) C’est un super roman noir.

    Anne-Sophie Rouveloux, Librairie Chroniques (Cachan) sur Europe 1 "La voix est livre"
  • Une histoire allemande sous tension. Randolph, architecte berlinois, vit avec sa femme et leurs deux enfants. Un voisin suspect et une histoire familiale compliquée, il va devoir découvrir jusqu'où il est prêt à aller pour protéger les siens.

    Librairie Ars Una, Paris
  • Pour protéger sa famille, il faut parfois renoncer à ses valeurs et à ses notions du bien et du mal, combattre ses peurs... Un roman noir, très noir et surprenant !

    Marie-Adélaïde Dumont Librairie Doucet, Le Mans
  • Quand le roman commence, il est entendu que l'homicide a eu lieu. (...) Même si la montée du drame est là, l'auteur se plaît à distiller autre chose de plus déroutant.

    Claire Devarrieux Libération
  • Roman dense et noir, Peur joue avec les nerfs du lecteur.

    Abel Mestre Le Monde des Livres
  • Un livre d'inspiration autobiographique qui fait froid dans le dos. (...) Un récit franchement original et une aventure que l'on ne souhaite pas à son pire ennemi !

    Pascale Frey ELLE
  • Ici, nous tenons la vraie terreur. (...) L'auteur, journaliste au Spiegel, ayant connu une expérience similaire, signe un roman qui pose une question fondamentale à laquelle nul n'a envie de répondre : jusqu'où peut-on aller pour se défendre ?

    Julie Malaure Le Point
  • Peur a les contours parfaits d'un redoutable roman noir. C'est aussi et avant tout, à partir d'une expérience personnelle de l'auteur, une réflexion passionnante et très dérangeante sur la violence et les limites à franchir - ou pas - lorsque l'État de droit ne joue plus son rôle protecteur. Vaste sujet.

    Philippe Blanchet Le Figaro Magazine
  • Ce roman, calme et méthodique, interroge notre résistance morale face aux dangers qui menacent ce qui nous apparaît essentiel. Étonnant.

    Jérôme Carron Point de Vue
  • Le récit est le flash-back d'une vie. Un roman psychologique noir qui tente de répondre à la question. jusqu'où est-on capable d'aller pour protéger sa famille ?

    Eva Roque Télé 7 Jours
  • Virtuose dans sa finesse psychologique, ce récit glaçant d'un aller-retour en enfer interroge avec intelligence les mécanismes de survie les plus inconscients, les plus instinctifs et parfois les plus honteux de notre espèce.

    Élise Lépine Transfuge
  • Ce qui est très fort chez Dirk Kurbjuweit, c'est qu'il nous interroge, nous : qu'aurions-nous fait à la place de ces gens ? (...) C'est un roman très déstabilisant.

    Michel Dufranne RTBF "Livrés à domicile"
  • Dirk Kurbjuweit éclaire les souterrains comportementaux, illustre les revirements intérieurs, les comportements de couple ou de classe, et les compromissions qui conduisent parfois à justifier le pire s’il en est besoin. La bonne moralité de la classe moyenne allemande en prend un coup, faisant résonner sans doute d’autres culpabilités. Un coup qui vient de l’intérieur et de toutes les caves inconscientes que nous ne finissons à peu près jamais d’habiter.

    Laurent Bonzon Bücher Tageblatt
  • Cette fiction s’inspire d’une expérience personnelle que l’auteur aurait bien aimé ne pas vivre. Le livre n’en est que plus saisissant.

    Christine Sallès onlalu.com
  • Peur est un grand roman, qui prend la forme d’un thriller psychologique, avec quelque chose de plus, tout en nuances et en zones grises. De la terreur familiale aux peurs ressuscitées de l’enfance, ce sont les vestiges d’une Allemagne ancienne qui remontent.

    Victor de Sepausy actualitte.com
  • Un livre sous tension à découvrir d’urgence !

    Laurent Schteiner Lecturama.fr
  • Ces allers retours incessants entre différentes périodes donnent du rythme au récit et attisent toujours plus l’intérêt. On est pris par ce mélange subtil entre chronique de vie et roman noir, entre roman social et thriller psychologique. La tension monte face à une justice impuissance. (...) Ce roman marque, et l’on ne pourra plus en le refermant s’installer dans un appartement sans vérifier qui habite au sous-sol…

    Julie Malapert parutions.com
  • On ressort de ce livre avec beaucoup des interrogations par rapport au comportement que nous aurions eu à sa place ainsi que sur le poids du passé par rapport à ce que nous sommes.

    Amandine Gazeau Blog Les lectures d'Amandine
  • Peur est une expérience littéraire qui ne ressemble à aucune autre, un livre qui une fois refermé nous laisse de marbre, un livre qu’on n’oublie pas rapidement.

    Jean-Louis Zuccolini blog Froggy's delight
  • Son histoire, comme celle de sa famille, est celle des démons engendrés par la peur, sous toutes ses formes. Mais ces peurs ne sont pas seulement celles d’un pays et d’une ville longtemps placés « au cœur d’une lutte entre deux systèmes, entre le bien et le mal ». Ce sont aussi les nôtres. Et l’écrivain allemand a inventé une manière assez diaboliquement habile de nous installer face à elles.

    Pierre Ahnne le nouveau blog littéraire
  • Le final est bluffant et réserve une sacrée surprise ! Une lecture captivante et réussie ! A découvrir absolument !

    Stéphanie Alcesilas Blog Les Chroniques de Madoka
  • À force de nous raconter ses souvenirs, à chercher les causes de son malheur, il arrive à nous mettre dans sa position, celle d’un homme aux prises à un problème où tous les choix qui s’offrent à lui ne sont des bonnes solutions. (…) il y a une vraie mise en position, d’un mari qui veut protéger sa famille et ne sait pas quoi faire. En tant que légaliste, c’est révoltant, mais en tant qu’homme, c’est marquant. Parce qu’on se retrouve pris entre deux feux, ne sachant finalement pas quoi faire … comme le narrateur. Vous l’avez compris, ce roman est dérangeant, et m’a bien marqué.

    Pierre Faverolle Blog Black Novel
  • Captivant et délicieusement noir…

    Die Welt
  • Peur nous force à regarder combien le vernis social est fragile, et il nous en donne en prime la démonstration.

    Der Tagesspiegel
  • Dirk Kurbjuweit libère le diable, tapi sous la surface de nos vies policées.

    Stern
  • Haut voltage et plans multiples.

    Frankfurter Neue Press
  • Un suspense psychologique subtil et captivant qui interroge en profondeur la solidité de nos valeurs libérales quand on croit la vie des nôtres en danger.

    Brigitte
  • Peur est une fable psychologique futée et grave sur la société allemande contemporaine, habillée des atours d’un thriller infaillible… Une exploration complexe, mordante et parfois perturbante de la classe moyenne allemande.

    Sydney Morning Herald
  • Une lecture captivante qui donne à penser.

    Bookmooch

À propos de l'auteur

Dirk Kurbjuweit est rédacteur en chef-adjoint au Spiegel depuis 1999, et partage son temps entre Berlin et Hambourg. Il a reçu de nombreuses récompenses pour ses reportages, dont le Egon Erwin Kisch Prize. Il est l’auteur de sept romans (dont Deux sans barreur, paru chez Autrement). Peur est inspiré de sa propre histoire : « En écrivant Peur, j’ai replongé dans l’enfer, mais aucunement dans le souci de me délivrer de quoi que ce soit. J’y suis revenu dans le rôle du Diable. J’ai réordonné l’enfer et décidé qui allait souffrir et comment. »